Qu’est-ce qu’un jardin partagé ou jardin communautaire urbain?

C’est un espace de jardinage de taille variable, qui trouve sa place sur un terrain appartenant à la ville ou sur un terrain laissé en jouissance par un propriétaire privé ou public et exploité par une association. A ne pas confondre avec les jardins familiaux (anciennement jardins ouvriers) qui sont eux des espaces à usage privé.

 

Prenons Paris par exemple, saviez-vous qu’il y a plus de 110 jardins partagés à Paris ? Liste ici
Ce chiffre m’a surpris tant on imagine notre capitale dense et surpeuplée, et pourtant : jardins partagés, jardins nomades qui utilisent sur une ou deux saisons seulement des parcelles en attente de construction, jardins d’insertion, jardins pédagogiques…l’engouement est tel que ce sont plus de 400 jardins partagés qui se sont développés ces dernières années en Ile de France…

Lyon possède 60 jardins partagés, tout comme Marseille, Strasbourg en possède également mais ce sont surtout les jardins familiaux qui ont du succès en Alsace (3ans d’attente en moyenne). C’est un mouvement mondial mais qui touche principalement les métropoles occidentales. Derrière ce succès diverses motivations.

 

L’auto suffisance alimentaire

Les habitants des villes se rendent compte qu’ils n’ont que deux jours d’autonomie alimentaire en cas de problème majeur, ce qui est très inquiétant. Ce constat pousse certains à rendre des quartiers moins vulnérables en partant du principe que 200m² peuvent nourrir une famille de 4 personnes. Il est donc impératif de transformer les friches, les toits en jardins. Pour d’autres c’est juste un moyen de rencontrer du monde, de faire une activité douce, de partager, d’échanger, de mixer socialement des gens qui sinon ne se rencontreraient jamais.

 

Le plaisir de jardiner

C’est simplement un moyen de jardiner, alors qu’on habite un immeuble dans une ville on que l’on a pas de parcelle à cultiver. La charge de travail se répartie sur plusieurs personnes, on peut donc s’absenter. C’est un lieu d’apprentissage pour les néophytes, d’échange, de test, et de récolte.

 

L’apprentissage

De jeunes enfants participent et font de nombreux apprentissages grâce au jardinage. Connaissance des légumes, cycle de la graine à la plante récoltée, techniques de jardinage, patience, efforts..Mais on rencontre également des ados et des adultes qui souhaitent découvrir si cette activité peut devenir un métier plus tard dans un autre cadre.

 

L’intégration

Ceux qui après un accident de vie sont en rupture avec la société, trouvent au sein de nombreuses associations, l’espace pour se sociabiliser dans un jardin partagé ou communautaire. Encadrés par un professionnel.

Pour réussir un tel projet il ne faut pas être naïf. On retrouve dans la gestion des jardins partagés, les problématiques de la vie associative, manque d’engagement de certains, conflits internes, motivations diverses. Il est nécessaire d’avoir un animateur/médiateur qui saura faire fonctionner l’association en délestant les participants d’un rôle de régulateurs.

 

Renseignez vous près de chez vous pour trouver une telle structure ou devenez en l’instigateur si vous vous sentez une âme fédératrice.

Catégories: Conseils & Entretien